HTTP://WWW.ANTISARKOZYSME.COM

Posté par issopha le 14 mai 2008

  

  

HTTP://WWW.ANTISARKOZYSME.COM   

   

   

Blog 

   14/05/2008 Lettre de Bertrand    

Bonjour, Je me permets de vous adresser encore une nouvelle fois mes félicitations pour vos démarches. Sachant que cela ne servirait à rien du fait qu’il est en place et bien en place. Nous sommes entrer par la grande porte, depuis déjà l’ère Chirac, dans un état policier à outrance qui sert aujourd’hui à Sarko. Il a tous les droits et même si il ne les a pas, c’est pas grave, il a impunité offert par Chirac et ses risques d’affaires.
Ma famille s’est battu parmi les idéalistes soutenu par le Marquis Lafayette à la révolution française, nous avons tout perdu ou plutôt donné au peuple et combattu dans les armées révolutionnaire et en suite dans la même idée, dans les armées napoléoniennes contre les monarques européens. Donc, pour ce qui est de la démocratie et la république, je reste fidèle aux engagements des mes ancêtres et je suis plus encore fervent de la cette idéologie. Mais quand vous avez un président qui se comporte comme un vulgaire voyou, qui pense d’abord a ses intérêts, ainsi qu’a ses ministres (pour par dire sinistres). Liberté, égalité, fraternité. Rien de tout cela subsiste de nos jours. Liberté (de la presse, des opinions, des faits et gestes, des enseignements, même des groupes de discutions intellectuels) je ne sais plus ou est notre liberté, nous sommes surveillé, même espionné (sur le net). Egalité (éducation, impôt, la santé, le droit au travail, la couleur de notre peau ou origine, sur le logement etc….) Aucune égalité entre les citoyens ne sont respecté, je suis d’accord pour dire que suivant l’échelle sociale qu’il y est des avantages pour ceux qui font des études, un métier mieux rémunérer, mais ne laissons par les personnes faibles et démunies dans la misère et surtout ne fermons pas les yeux. Et là, que fait sarko face au patrons voyoux qui délocalisent à outrance. Fraternité, n’en parlons pas, c’est une horreur. Marche ou crève (je sais c’est pas beau mais c’est bien vrai), le capitalisme sauvage laisse bien plus de malheureux que le rève américain laisse croire sur l’enrichissement par le travail ou autres. 


Alors mr sarko, son rève américain, qu’il se le garde et qui nous démontre que cela est un idéal de société et en effet pour le bien de la france et de ses concitoyens d’aller vers cet idéal. 

Là je me permets une interventions. Il y a un peu plus d’un an et demi, je revenais d’un séjour de plus de cinq mois au Québec, à 25 km de Montréal. Quand mr Sarko promet au français un meilleur pouvoir d’achat en allant travailler le dimanche dans les supermarchés, il oublie de préciser que le système français est différent du système anglo-américain et donc que cela est impossible en france sauf de cassé tout le système français. 1er : L’impot sur le revenu est pris à la source, le patron prélève de votre salaire l’impôt sur le revenu (ça oui c’est un système que sarko avait promis durant les élections et qui est vrai serait éfficace pour la france) 2eme : le salaire est versé toutes les semaines 3 eme : les charges existes aussi mais sont moins importante (il faut dire aussi, que la prise en charge des accidents de travail n’existe pas non plus la-bas). 


bref: les salariés en usine par exemple, travail 40h par semaine et finissent en général le vendredi à 12h, la ministre du travail impose pour le bien être de tous, une vie familiale obligatoire jusqu’à 17h30, et après en effet suivant quelques rêgles, ceux qui veulent s’arrondir les fins de semaines et non de mois, il peuvent travailler dans les supermarchés jusqu’au dimanche soir. Mais comme je le précise, le système est fait en totale liberté. Le patron vous prélevant à la source, ainsi vous pouvez cumuler non pas un travail et un autre le weekend, mais plusieurs, 3,4 même autant que vous voulez suivant vos emplois du temps. Mais je vois mal, les grandes enseignes carrefour casino au champs et autres, vue les charges employé tout légalement des personnels venant des usines ou autre en supplément le weekend. 

Alors que Mr Sarko arrête de mentir aux français ou les faires réver sur un meilleur monde à l’américaine, car sauf du contraire, nous avons vu dernièrement que ce n’est loin d’être un modèle de société. 


Excusez si c’est un peu long mais je pourrez en dire du plus belle. 

Non attendez encore un peu: Suite à la bavure (intensionnelle ou non) de kouchner à son retour d’un voyage diplomatique à peine arriver au gouvernement. Nous avertissant qu’une guerre potentiel se préparer avec les américains contre l’Iran. Je redis encore et je félicite le courage de Bayrou dès le lendemain, notre président a trahi la france et la cinquième république en s’alliant avec les américains dans une guerre contre l’Iran, contre l’avis de tous et même de l’Angleterre éternel allié des ricains. Oui, c’et d’autant plus grave. Nous avons fondés avec les autres états, une union européenne (elle est ce qu’elle vaut mais bon faut faire avec). Justement pour exister en tant que grande puissance contre la mondialisation et donc la politique sans partage et sans pitié des ricains. La france pour montrer et faire imposer aux autres états de l’otan, entre autre, notre indépendance face aux états-unis. un outil qui nous coute cher, une armée. En bref: Le travail énorme de mr Delors pour un rapprochement avec l’Allemagne est entrain de s’écrouler comme un chateau de cartes. Notre crédibilité dans le monde s’écroule lui aussi avec cette politique désastreuse de sarko. Quand Chirac (et c’est la seule chose d’énorme qu’il est fait) de n’avoir pas accompagné les ricains et ses alliés anglais dans la deuxième guerre d’irak. La menace existe toujours tant que Bush sera à son poste, il faut lutter contre cette nouvelle barbarie et je dirais Boucherie (je sais c’est facile Busherie) dans cette provocation dans l’intérêt américain de la guerre contre l’Iran. 


Merci encore Bertrand 
  

  
10/05/2008 L’nion Pour
la Méditerrannée
 

L’nion Pour
la Méditerrannée, ce grand projet fut initialement présenté lors de la campagne électorale, vendu à l’électorat français comme une alternative proposée à
la Turquie comme lot de consolation face au refus catégorique du candidat Sarkozy de lui laisser un jour la possibilité d’adhérer à l’Union européenne.
« C’est dans la perspective de cette union méditerranéenne qu’il nous faut envisager les relations de l’Europe et de
la Turquie », disait-il en guise d’explication.
C’était l’époque où Nicolas Sarkozy n’hésitait pas à froisser l’orgueil turc et pouvait déclarer:
« Si
la Turquie était européenne, ça se saurait. »
La réaction turque fut claire et nette: l’Union méditerranéenne ne peut pas remplacer une adhésion à l’UE.
En en faisant une voie de garage pour
la Turquie, Nicolas Sarkozy avait déjà plombé son ambitieux projet (et les intérêts français en Turquie au passage). 
  

  
05/05/2008 Sarkozy a choisi son camp…  

Sarkozy s’en est tenu a des phrases fleuves qui ne servent à rien si ce n’est caresser le président Tunisien dans le sens du poil… Business ou droits de l’homme ?? Sarkozy a choisi son camp… mais alors pourquoi continue-t-il a trainer rama yade derrière lui ? et a quoi sert concrètement rama yade et ce poste de secrétaire d’Etat aux droits de l’homme?    
02/05/2008 Sarkozy en Tunisie…  

 » Vous avez une main d’oeuvre qui ne demande qu’à être formée, nous avons beaucoup d’intelligence et beaucoup de formation. (…) Ensemble, avec votre main d’oeuvre, avec nos écoles, nos universités, avec ce que nous échangerons, nous pouvons créer un modèle qui triomphera dans le monde entier « : voilà le discours qu’a tenu Nicolas Sarkozy à 500 patrons français et tunisiens lors du forum économique…
pourquoi Sarkozy n’a pas réclamé la libération des prisonniers politiques tunisiens? pourquoi dit’il : « aujourd’hui, l’espace des libertés progresse! »? doit on laisser de coté nos principes pour signer des contrats? 
  
21/04/2008 La première année de Sarkozy  

La première année de la présidence de Nicolas Sarkozy est « plutôt un échec » pour 59% des Français et « plutôt un succès » pour 20%, selon un sondage Viavoice à paraître lundi dans Libération.
Ce qui me parrait bizarre c’est que 20% trouvent que cette première année de sarkozysme est un succès!! mais sur quel registre?! 
  
19/04/2008 Jean de Nyons : La campagne et l’hôpital?  

Réformer? Meilleure gestion? Réduction des coûts? Rentabiliser? Centraliser les moyens techniques? Ok, puisque c’est nous qui payons au final. Mais l’accès aux soins est-il égal pour tous? Paris n’est pas le nombril de
la France, ni les autres grandes villes. Je suis à Nyons, petite ville de 6731 habitants dans
la Drôme provençale. L’ hôpital le plus proche se trouve à Montélimar à 52kms. Pour y accéder par la route, il faut 55 minutes. Bien sur il y a un petit hôpital à Valréas ( Vaucluse ) à 15 kms, mais il va stopper ses activités pour ne devenir qu’un établissement pour personnes agées. De plus, certaines activités seront centralisées de Montélimar sur Valence à 100kms. Imaginez une attaque cardiaque! Sachant que les 10 premières minutes sont capitales pour intervenir, nous aurons largement le temps de mourir dans nos belles campagnes de France. On passe son temps en France à se gargariser « Droit de l’Homme », ok, mais le droit de l’homme c’est aussi pouvoir accéder aux soins, pouvoir travailler, pouvoir se loger et aussi pouvoir se nourir correctement. Que ce pays soit mieux gérer, droite gauche confondue, et que ceux qui conduisent ce pays et en on la charge prennent la peine de quitter les salons dorés de
la République, pour connaître la réalité de ce qu’est le quotidien de  »
la France d’en bas  » comme disait un certain…. Il faudrait enfin dans cette soit disant République, que ceux qui ont reçu mandat de gouverner, puissent rendre compte devant le peuple en cas d’échec, et ne plus se permettre de se représenter devant nous, comme si nous étions des éternels amnésiques. 
  
17/04/2008 Petite chose que vous ignorez peut être…  

En Belgique, quand l’indice des prix grimpent l’indice pour les salaires grimpe également, il ne s’agit pas du SMIC mais de TOUS les salaires, ainsi sur les 6 derniers mois il y a eu des augmentations de l’ordre de 2 % par 3 fois !
Bon, ce n’est pas le paradis non plus, c’est dur et en terme de chômage c’est beaucoup plus stricte, vous devez justifier une recherche active (au minimum 2 demandes chez des employeurs par mois) mais en contrepartie vous n’êtes pas limité dans le temps en ce qui concerne la période de chômage si malgres vos recherches vous ne trouvez pas de travail vous percevez indéfiniment vos allocations. 
  
15/04/2008 Je serai le président du pouvoir d’achat…  

Et ça augmente encore et encore, c’est que le début d’accord, d’accord ?
Symbole de l’inflation des produits de consommation courante, le yaourt a pris jusqu’à 48% d’augmentation en à peine trois mois. Alors que les prix des produits de base flambent, fournisseurs et distributeurs se rejettent la responsabilité. En attendant, les ménages trinquent.
Les yaourts bientôt un produit de luxe ? 

En plein débat sur le pouvoir d’achat, les révélations du mensuel 60 millions de consommateurs font l’effet d’une bombe. L’édition de mars du magazine à paraître aujourd’hui dénonce en effet les prix de l’alimentaire dont les compteurs s’affolent.
Entre le beurre, les yaourts, les pâtes, les céréales, les biscottes, le riz, bref les aliments de base, les tarifs se sont envolés de 5 à 48%. Au total, environ 200 références affichent des augmentations de plus de 10% entre novembre et janvier ! Or ces produits de première nécessité sont ceux qui remplissent le plus les chariots… 

  
10/04/2008 antisarkozyste mais aussi hostile et réfractaire à la politique libérale 

Je ne suis pas qu’ »antisarkozy » mais aussi hostile et réfractaire à la politique libérale et favorisant les riches. Je ne peux donc pas tolérer cela plus longtemps. On a le soit-disant président le plus mauvais de toute
la Vème République déjà que je pensais que Chirac ne volait pas haut. Je ne m’intéresse pas à la vie privée de Sarkozy dans la mesure où c’est un élu (par une partie du peuple qui aurait mieux fait de réfléchir avant de voter n’importe quoi, car c’est de l’inconscience et de l’inculture) et que
la France ne doit pas devenir une monarchie. Même si l’envie ne m’en manque pas, je ne viens pas ici pour l’insulter, car ce n’est pas en agissant ainsi qu’on pourra d’urgence faire prendre conscience aux gens du côté totalement nuisible de cette personne. Carla Bruni ? Pour moi, ce n’est qu’un gadjet commercial, inutile, sans intérêt donc je préfère ignorer son existence. 

Il ne faut pas oublier que 80 % des décisions prises ne viennent pas de Paris mais de Bruxelles ce qui explique en partie le chaos social dans lequel nous nous trouvons. Bref, j’interviendrai dans la mesure du possible sur ce forum que je pense être tout récent en espérant qu’il deviendra une plateforme incontournable afin que d’autres viennent aussi parler tout haut de ce que beaucoup pensent tout bas. Il ne faut pas avoir peur de le faire, car ne rien faire, c’est laisser s’envenimer les choses pour que le pays se retrouve dans le chaos. 


Je suis en train de penser à un outil type blog (ou autre) afin de réfléchir à un autre type de société, légitime, respectueuse de l’environnement, solidaire tout aussi active car c’est en étant actif qu’on donne du sens à sa vie. C’est une prise de risque dont j’ai conscience, mais c’est soit ça, soit ne rien faire et laisser le pays à la main de ce nuisible et qui pourrait nous amener à une véritable crise du pays, et comme j’aime mon pays, je ne veux pas le voir sombrer en pensant en tout premier à ceux qui y vivent. 
maquisard66 

     
08/04/2008 sarkozy et l’énergie éolienne 

Sarkozy c’est le principe inversé de l’éolienne, il s’agite beaucoup et déploie beaucoup d’energie pour produire du vent…    
02/04/2008 Cauchemar !!! 

Lorqu’on manoeuvre des parachutages familiaux et qu’on use de son influence (qui n’est plus à prouver au sein de l’UMP) pour conditionner l’élection de son fils à sa propre succession… Perso… Je ne peux m’empêcher d’y voir un brin de monarchie, au sens sarkozyen du terme d’ailleurs car, celui-ci affirmait lors d’une récente conférence de presse que la monarchie tenait au fait de transmettre le pouvoir de façon héréditaire!!!!!
Il aurait mieux fait de revoir ses cours d’anthropologie, ceci dit car, dans bien des monarchies, on élit le Roi (à vie par contre). 

Et puis, à voir le chevalresque de la dissidence du fils Sarkozy… On ne peut d’empêcher d’y trouver aussi un brin de féodalité! Ces gens là vivent dans un monde que l’on ne peut même pas supposer! 

  
30/03/2008 Ni pauvres ni soumis 

l’AAH c’est 7200 euros par an versés à 600.000 bénéficiaires. L’augmenter de 25% tout de suite (et non pas en 5 ans comme promis par le candidat Sarkozy) coûterait 1 milliard par an à l’Etat. Si on avait affecté l’argent du paquet fiscal offert aux plus riches en 2007 à cette augmentation de 25% de l’AAH, elle aurait été ainsi financée – cette augmentation de 25% – pendant 15 ans. On ne peut consentir en 15 ans le même effort pour les handicapés pauvres que ce qui a été donné d’un seul coup aux plus riches ? Aux municipales les Français ont répondu : si, on pourrait, on devrait.    
28/03/2008 Sarkozy prend la relève 

Sarkozy le chef spirituel du Sarkozysme, arrive -après toutes ces années de guerre en afghanistan- à la conclusion que la victoire ne peut être que militaire! et décide, bien sûr après plusieurs nuits blanches, d’envoyer 1500 français en afghanistan pour venir en aide à bush qui peine à vaincre les talibans. bush va quitter la maison blanche très prochainement mais ce qui fait chaud au coeur c’est qu’il y’a sarkozy pour prendre la relève!    

     

   Par Gil  sur http://www.antisarkozysme.com/forum/viewtopic.php?f=16&t=13 

     

Appel au Peuple de France ! Sarkozy démission !    

   Osons dire qu’il n’est pas légitime !    

« Le courage, ce n’est pas de saluer le mensonge qui passe : le courage, c’est de chercher la vérité et la dire » (Jean Jaurès). 

«
La France est une république sociale, démocratique, laïque, une et indivisible où tout le pouvoir appartient à la nation… ». Chaque terme de cet article, qui définit
la France dans l’actuelle Constitution, cingle au visage l’actuel président de
la République. 
République ? 

Nicolas Sarkozy de Nagy-Bocsa sape obstinément ces deux piliers de l’Etat républicain que sont les libertés publiques et la souveraineté du peuple !  En quoi par exemple les 53% des suffrages qu’il a obtenus le 6 mai 2007 (une élection, fût-elle présidentielle est de moindre rang qu’un vote populaire sur la constitution) autorisent-t-ils le chef de l’exécutif en titre à violer le Non souverain prononcé par
la Nation le 29 mai 2005, en faisant ratifier par le parlement l’euro-constitution bis ? 

En quoi le peuple a-t-il jamais consenti à abandonner à un aréopage supranational le droit de véto dont disposait
la France dans plus de 60 domaines vitaux ? 
Quand le peuple français a-t-il jamais débattu du Traité bis inspiré par la chancelière A. Merkel, un traité prévalant sur la constitution française aux dires du Conseil Constitutionnel ? 

Où et quand notre peuple a-t-il mandaté ses parlementaires pour aliéner en son nom sa souveraineté à des autorités supranationales irresponsables, notoirement dominées par la finance et le grand patronat ?  République « démocratique » ? 

Le chef de l’exécutif en titre tranche de tout, des retraites au contrat de travail, du financement des télévisions aux procédures de divorce; débordant cyniquement les termes de la constitution, il s’attribue le pouvoir qu’a le gouvernement de « déterminer la politique de la nation ». Il infantilise ses ministres, simples exécutants sans initiative, « évalués » comme par des cabinets privés.  Il réduit son parlement au rôle de chambre d’enregistrement des décisions, voire des lubies présidentielles. 

Il fomente une réforme institutionnelle qui permettrait à l’exécutif de diriger le législatif .  Il tance et menace les juges, fait et défait,- directement ou indirectement -, les dirigeants des médias. 

Il renoue avec les mœurs de Versailles en exhibant sa vie privée dont il fait un indécent instrument de « gouvernance », quitte à faire de
la France la risée du monde entier. 
Enfin, il privilégie de manière outrancière, sa caste, sa classe, son clan, en mettant la politique fiscale au service des nantis, en portant quotidiennement des coups au monde du travail (salaires, retraites, indemnisation du chômage, emploi public, délocalisations, privatisations…), en favorisant cyniquement les milliardaires qui « sponsorisent » ses plaisirs de nabab, dignes des aristocrates d’Ancien Régime. 

Quel mandat a-t-il pour fixer à son Ministre de la xénophobie des « quotas » mensuels d’expulsions d’étrangers, dignes de Le Pen… et de Vichy ?  Au nom de quoi piétine-t-il les principes universels du droit en instituant des peines rétroactives qui contournent la décision irrévocable des tribunaux (certains détenus « dangereux » ayant purgé leur peine seront « castrés chimiquement » ou maintenus indéfiniment en prison) ou en projetant de traduire devant les tribunaux des aliénés auteurs de crime, et cela en violation du principe de responsabilité ? 

En vertu de quelle conception perverse des libertés fusionne-t-il les Renseignement Généraux avec
la Direction de
la Surveillance du Territoire (contre-espionnage) dans le but avoué de surveiller les manifestations ouvrières et étudiantes ? 
Quel mandat populaire a-t-il reçu pour briser le droit de grève des enseignants (après avoir réduit à rien celui des cheminots…) en utilisant le salaire des grévistes pour rémunérer des briseurs de grève ?
De quel mandat se prévaut-il pour dicter de nouveaux programmes cyniquement patronaux aux professeurs d’économie ? 

République Sociale ?  Le dirigeant du MEDEF Denis Kessler ne se cache même pas pour féliciter Sarkozy de « démanteler systématiquement le programme du Conseil National de
la Résistance », ce « compromis entre communistes et gaullistes » qui permit d’instaurer, après la défaite de Hitler et de Pétain,
la Sécurité sociale, les retraites par répartition, les conventions collectives, le code du travail, les nationalisations, le statut des mineurs et des fonctionnaires, le CEA et le CNRS, bref, tout ce qui, pendant un demi siècle, a rendu le capitalisme français moins invivable à des millions de travailleurs. 

C’est en effet
la Sécurité sociale (franchises médicales, nouveaux déremboursements), les retraites (montée sans limites des annuités… et des « décotes »), les nationalisations (vente à la découpe d’EDF-GDF), le statut de la fonction publique, les règles donnant au salarié un minimum de garanties en cas de licenciement, que Sarkozy et son équipe de revanche patronale, sont en train d’araser sous le nom de « rupture ». 
République laïque ? 

Sarkozy est l’ennemi mortel de la laïcité. Est-il légal en effet que le président d’une République laïque, tenu d’appliquer
la Constitution et la loi de 1905 séparant l’Etat des Eglises, déclare au Pape dans le plus pur style vichyste que « dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur, même s’il est important qu’il s’en approche parce qu’il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d’un engagement porté par l’espérance » (sic) ? 
Est-il acceptable qu’il récidive dans ce viol impudent de la loi en célébrant « Dieu transcendant qui est dans la pensée et dans le cœur de chaque homme » (sic) devant les pétro-milliardaires intégristes de Ryad ? Ou que, dans le plus pur style colonial, il somme les Etats arabes (le 18.1.2008.) de « construire des Eglises » (sic) dans leur pays ? 

République une et indivisible ?  En aggravant la politique de régionalisation de ses prédécesseurs, Sarkozy détruit le maillage institutionnel hérité de 1789 formellement inspiré du principe d’égalité : de même que la nation est inféodée à l’Union européenne de Maastricht, de même le département s’efface-t-il devant l’euro-région et la commune devant la communauté d’agglomération. 

En outre, Sarkozy accentue la dénationalisation de l’Education nationale, de l’Université et des diplômes pour mettre en place une éducation régionalisée, formatée et rabougrie, où les enseignants mis en concurrence trembleraient devant les pouvoirs locaux et le patronat, au détriment de l’égalité sociale, de la qualité des formations et de l’unité territoriale de la nation.  Il en va de même des autres services publics, EDF, SNCF, RATP, hôpitaux, aéroports, ports, Poste, Gaz, France Télécom, administrations, ANPE, Equipement, etc., que le pouvoir UMP, relayant les politiques européennes d’austérité, de privatisation, de libéralisation et de dé-fonctionnarisation, met dans l’incapacité de remplir leur mission républicaine, sociale et nationale en faisant le lit des chasseurs de profit du capital privé. 

République souveraine ?  Au lieu de promouvoir le non-alignement, l’indépendance de
la France, son dialogue pacifique avec tous les peuples, Sarkozy courtise le fascisant Bush au risque d’entraîner
la France dans les aventures dangereuses décidées par les faucons de Washington. Ainsi l’armée française s’apprête-t-elle à réintégrer le commandement de l’OTAN, une alliance inféodée aux guerres d’agression des Etats-Unis. Ainsi l’armée française est-elle peu à peu intégrée à l’armée européenne, elle-même soumise à l’OTAN… Et maintenant l’envoi de renforts militaires en Afghanistan ! A quand l’Iran ? 

Sur le plan économique, le pouvoir sarkozyste donne son feu vert aux délocalisations voulues par le MEDEF; il achève de démanteler le secteur public industriel et laisse
la France se désindustrialiser et creuser ses déficits commerciaux, au risque de déclasser une large partie des ouvriers, techniciens et ingénieurs. Tout en flattant le petit patronat, le pouvoir sarkozyste favorise les multinationales en laissant s’amenuiser chaque jour le nombre de petits commerçants, de paysans travailleurs et de marins pêcheurs. 
Sur le plan scientifique et culturel, le régime sarkozyste et le MEDEF laissent le « tout anglais » s’emparer des grandes entreprises, des médias, de la publicité, de l’école, de la science; non content d’exiger des artistes qu’ils fassent du chiffre (!), le pouvoir sacrifie
la Recherche publique aux diktats du capital privé. 

Non, cet homme ne préside pas
la République, qu’il viole quotidiennement !
 
Dénoncer les complices de « l’ouvr’rupture » politique et du « sarko-syndicalisme »
Pour imposer sa politique, la plus réactionnaire que notre pays ait subie depuis Vichy, Sarkozy dispose du soutien aveugle de l’oligarchie patronale qui, pourvu qu’elle accroisse ses profits, se rit de casser
la France. Sarkozy bénéficie aussi de la complicité du parlement, où l’UMP a renié le gaullisme pendant que la majorité des élus PS renie Jaurès sur l’autel d’une fausse « modernité ». Complicité non moindre du CSA, qui ferme les yeux sur la mainmise pré-totalitaire du pouvoir sur les médias, et du Conseil Constitutionnel, qui valide la casse du droit de grève et refuse de soumettre à examen l’inconstitutionnalité des directives européennes. 

De même en 1940, le nouveau pouvoir « constituant » de Pétain, légalisé par les députés de la honte, disposait d’une apparence de légitimité bien qu’il fût l’émanation de l’ultra-droite raciste, des milieux cléricaux, de l’oligarchie financière… et de l’Occupant. Il s’est d’ailleurs trouvé, en 1940 comme en 2008, de faux progressistes et de faux syndicalistes pour cautionner un pouvoir anti-républicain en intégrant son gouvernement et en validant ses simulacres de concertation entre patrons et ouvriers. Cela n’a pas rendu Pétain plus légitime aux yeux des vrais républicains qui préfèreront toujours
la Résistance et ses dangers au confort indigne de la « Kollaboration » ! 
Car, quelle que soit la légalité de son élection, Sarkozy n’a aucun titre démocratique à « défaire le contrat social français » comme il ne cesse de le proclamer impudemment. Comme l’a démontré Rousseau dans « Le contrat social », la démocratie n’est pas fondée sur un prétendu « pacte de subordination » par lequel un peuple se soumettrait à l’homme providentiel qu’il aurait élu; elle repose sur un « contrat social » fondé sur l’égalité entre tous les citoyens. A l’encontre de toute conception bonapartiste,
la République n’est pas un pacte entre un homme et un peuple; seul le peuple est souverain, seul l’élu (et non le peuple !) est « tenu » par l’élection; quant au peuple, sa souveraineté est inaliénable et tout élu, simple mandataire provisoire de la volonté populaire, reste un serviteur du peuple, révocable à tout moment; ce principe de révocabilité des élus a d’ailleurs été mis en pratique par
la Commune de Paris et, aujourd’hui il est remis à l’honneur par
la Constitution de
la République Bolivarienne du Venezuela. En conséquence, loin de pouvoir redessiner à son gré le périmètre du contrat social « par lequel le peuple est un peuple », l’élection d’un président de
la République est strictement « cadrée » par le contrat social qui définit strictement les attributions du chef de l’exécutif. Si le contrat social doit être changé, si non seulement la constitution, mais les fondamentaux culturels et socio-économiques de la vie nationale doivent être bouleversés, la moindre des choses est que le peuple soit saisi et se prononce lui-même directement, de manière explicite et solennelle, après un débat de fond public et exhaustif. C’est précisément ce que lui refuse Sarkozy en faisant voter à la sauvette la constitution bis par d’indignes parlementaires, non moins illégitimes que leur maître élyséen. 

En effet, en donnant 53% des voix à Sarkozy, le peuple français n’a jamais décidé de renier son identité républicaine, fondée sur les conquêtes de 1789 et 1945, souveraineté de la nation, égalité entre les citoyens, refus du cléricalisme ! Ceux des ouvriers et employés qui ont naïvement voté Sarkozy, « président du pouvoir d’achat », n’ont jamais décidé que désormais les actionnaires capitalistes et les « stars » bénéficieraient de toutes les largesses, pendant que le monde du travail, chômeurs, étudiants, retraités et immigrés inclus, n’aurait droit qu’à l’inflation, aux régressions tous azimuts et à la répression contre ceux qui ont le courage de dire non !  Du point de vue républicain, la prétention de Sarkozy de détruire le « contrat social français » est donc clairement une rébellion de Sarkozy et de sa caste privilégiée contre le peuple souverain. Constater cela n’implique pas d’idéaliser le « pacte social » fondé en 1789 et rénové en 1945, qui fondait en principe l’existence politique de notre nation. Certes il y aurait beaucoup à dire sur les lacunes de ce pacte qui laissait subsister l’essentiel de l’exploitation de l’homme par l’homme; mais il ne s’agit pas aujourd’hui d’améliorer ce pacte en mettant le travailleur au centre de la problématique sociale, mais de substituer aux compromis historiques progressistes de 89 et de 45 une politique de dé-civilisation qui nous ramènerait des siècles en arrière. 

L’illégitimité de Sarkozy délégitime l’ensemble du système d’oppression maastrichtien !  Il ne s’agit certes pas de cibler l’apprenti tyranneau de l’Elysée en oubliant qu’il n’est que l’exécutant zélé d’une étroite minorité de profiteurs de la mondialisation euro-libérale. Mais quand un système d’oppression se personnalise à ce point, rappeler que seul le peuple est souverain, proclamer qu’il garde à tout moment le droit de révoquer ceux qu’il se repent d’avoir mandatés, exiger haut et fort la démission du personnage-clé de l’oppression, c’est contester du même coup tout le système d’oppression; c’est considérer par avance comme nulles et non avenues les prétendues « lois » que Sarkozy, le MEDEF et l’UE auront promulguées pour défaire la souveraineté nationale, la laïcité, le progrès social, les libertés, qu’il s’agisse du traité européen « bis », des mesures de casse sociale, du démontage de la loi de 1905, etc. 

Eclairer le peuple sur l’illégitimité d’un premier magistrat félon, c’est aussi dégager un dénominateur commun pour les résistances futures, pour le tous ensemble et en même temps des exploités et des opprimés; c’est pointer l’illégitimité et le caractère foncièrement antidémocratique de la construction européenne de Maastricht et du traité de Lisbonne, dont Sarkozy est le proconsul dérisoire. 
C’est démasquer les faux opposants et les faux syndicalistes en dénonçant leur veule complicité. 


C’est appeler le peuple français à un sursaut de salut public qui implique que chaque citoyen se réapproprie, de manière pacifique et responsable,
la Déclaration républicaine des droits de l’homme de l’An II, qui stipule : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple et pour toute portion du peuple, le plus sacré et le plus indispensable des devoirs». 
C’est en un mot rouvrir les portes de l’avenir, pour que la définition qui constitue
la France en République sociale, souveraine, démocratique et laïque, cesse de couvrir les pires forfaitures pour devenir enfin une réalité. 
Vive
la République, vive
la France !
 

Publié dans ACTIONS CITOYENNES, ANTISARKOZYSME | 2 Commentaires »

 

Kabylie News |
Ensemble, Préservons Rognac... |
Elections 2008 Municipales ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Transferring the UNITED NAT...
| l'Algérie au quotidien
| Yüzyıla Ağıt