• Accueil
  • > QUI EST ROGER LENGLET ? Mon inspirateur !

QUI EST ROGER LENGLET ? Mon inspirateur !

QUI EST ROGER LENGLET ? Mon inspirateur !

Bonjour Monsieur Lenglet

Isso cv

Je m’appelle Issopha  , l’administrateur du blog UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE.

Permettez-moi avant toute chose , Monsieur LENGLET , de vous témoigner ma gratitude pour la visite du blog  dont vous m’avez honoré.  Et pour le commentaire encourageant que vous m’y avez déposé.

C’est un véritable honneur pour moi, c’est d’autant plus un honneur que vous êtes une des raisons lointaines qui m’aient motivé à concevoir et  construire cet espace d’expression, avec l’ambition (déraisonnable ? ) de porter à la lumière du jour des approches alternatives au traitement de certains sujets de société.

Je me suis délecté il ya peu de l’ouvrage de John Stauber et Sheldon Rampton, Editions Agone, coll. Contre-feux, 2004 , dont la version française a été par vous préfacée , postfacée et augmentée:  L’industrie du mensonge – Lobbying, communication, publicité et médias ;   sur les coulisses des pratiques d’influence des lobbies, Stés de relations publiques sur les pouvoirs publics. L’actualité parlementaire  et la polémique politico-politicienne sur la question des OGM  et le projet de loi Chassaigne le prouvent à suffisance (Kosciusko-Morizet accusant Copé et Borloo de lâcheté puisqu’on soupçonne un gros  travail de lobbying des semenciers autour de cette affaire).

La pertinence de vos investigations sur la question du pouvoir de nuisance des lobbies en rapport avec le domaine de la santé publique , notamment le formidable travail que vous avez commis sur le scandale de l’amiante en France , ont nourri mon ambition de chercher , investiguer , explorer divers supports de la diffusion des savoirs pour comprendre les mécanismes de la fabrication du consentement populaire, les techniques de diversion et  de manipulation de l’opinion publique au service des puissants sans foi ni loi…j’ai lu et relu et re-relu ce livre et pris connaissance de certains de vos articles sur le web.

je vous remercie d’avoir, vous à votre niveau, tracé le chemin, ouvert cette voie et donné au journalisme d’investigation toute la consistance qu’elle semble perdre aujourd’hui. L’heure est au triomphe des médias-mensonges, la concentration capitalistique des médias aidant.

Je ne suis pas journaliste, simplement un citoyen qui a à cœur de militer pour un monde plus juste et en accord avec les aspirations des peuples de la terre. Vaste programme , ambitieux s’il en est mais je demeure convaincu que la meilleure approche pour instruire un changement , fût-il infinitésimal et millénaire , consiste à diffuser l’information , à faire savoir coûte que vaille  à ceux qui se donnent la peine de vouloir savoir , et opposer à la propagande radicalement libérale et anti-démocratique ,une contre-propagande démocratique , en tout cas soucieuse de restaurer les valeurs pieusement proclamées de la démocratie , de la justice sociale  , de la gestion de la cité en vue du bien commun ( L’essence aristotélicienne de la politique ). Et tourner le dos à l’incroyable hypocrisie qui caractérise la plupart des gouvernants du monde, les appareils d’Etat dans les pays d’Occident et au-delà, partout où prospère la dictature de l’économie de marché.

Vous avez suscité en moi cette envie de dire moi aussi mon fait , et de faire dire à ceux qui le disent mieux  ces faits qui libèrent de l’enchainement mental invisible et subtil qu’entretiennent médias et appareils idéologiques d’Etat à la solde des laudateurs du capitalisme sauvage. Pour se faire, j’emprunte des articles d’une pertinence avérée à nombre de ces spécialistes, journalistes, intellectuels de tous bords, citoyens, politiques, etc., dont les propos sont frappés d’omerta médiatique et institutionnel.

Merci pour le merveilleux travail commis jusque-là par vous et vos collaborateurs. Dommage que l’on ne vous entende pas plus souvent dans les espaces-médias, tout au moins ceux  à forte audience. L’opinion publique française gagnerait à connaître un peu mieux le fruit de vos travaux et le cri d’alarme poussé contre les lobbies et les entreprises cupides ,  peu scrupuleuses  et peu respectueuses du droit de la personne humaine et qui mettent à mal la santé publique et plombent indirectement les budgets d’Etat qui auraient pu servir à d’autres causes ( tabagisme , alcoolisme , agro-alimentaire , nucléaire , etc.)

Je répercute à ma façon vos travaux au travers de mon blog  http://issopha.unblog.fr   et  du bouche à oreille…de manière à  intéresser un peu plus le lecteur-bloggeur à ces problématiques d’une immense gravité. INTERNET reste pour le moment le seul bastion de liberté (de dire, d’écrire, de contester, de résister, de proposer, de reconstruire,  d’aller et venir) qui nous reste.

Soyez rémerciés pour l’immense travail d’utilité publique et d’éclairage des consceinces que vous avez abattu jusqu’ici.

Au plaisir de vous recevoir et de vous relire plus souvent.

Issopha

Bibliographie choisie

  • Profession corrupteur, éditions Jean-Claude Gawsewitch, 2007.
  • Ségolène vue par les Français, éditions Pascal, 2007.
  • Sarkozy vu par les Français, éditions Pascal, 2007.
  • L’eau des multinationales – Les vérités inavouables, éditions Fayard, avec Jean-Luc Touly, 2006.
  • Silence, on intoxique !, La Découverte, avec André Aschieri, 2006
  • L’industrie du mensonge – Lobbying, communication, publicité et médias, avec John Stauber et Sheldon Rampton, Editions Agone, coll. Contre-feux, 2004
  • L’eau de Vivendi, éditions Patrick Lefrançois, avec Jean-Luc Touly, 2004
  • La France toxique – Santé et environnement, La Découverte, avec André Aschieri, 2000
  • Des lobbies contre la santé, Syros-Mutualité française, avec Bernard Topuz, 1998
  • Les ignorances des savants,(avec Théodore Ivainer), Maisonneuve et Larose, 1996
  • L’affaire de l’amiante, La Découverte, 1996
  • Le griffonnage – Esthétique des gestes machinaux, François Bourin, 1992
  • Opinion populaire et pratiques vulgaires, éditions Anousia, 1987

QUI EST ROGER LENGLET ?

 

rlenglets478231.jpg

Roger Lenglet est philosophe et journaliste d’investigation.

Spécialiste du lobbying et de la corruption,

il est notamment l’auteur de

  • L’eau des multinationales–Les vérités inavouables (avec J.L. Touly),

  • Des lobbies contre la santé et L’affaire de l’amiante.Roger Lenglet a publié de nombreuses enquêtes dans Charlie Hebdo, Marianne et Politique Santé.

 

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.

Roger Lenglet est philosophe et journaliste d’investigation. Il est né le 31 mars 1956 à Paris (France).

Biographie

Roger Lenglet naît à Paris en 1956 dans un milieu très modeste. Son père travaille en usine et sa mère reste au foyer. Tous deux sont athées et ne votent jamais. L’enfant grandit près de son frère, plus jeune d’un an, dans un petit appartement insalubre qui ne compte qu’une seule pièce, rue d’Alsace à Levallois Perret. « Mon terrain de jeu favori est alors le caniveau où coulent les eaux de vaisselle des voisins. Leurs flots aux couleurs changeantes drainent jusqu’à la bouche d’égout des détritus sans cesse renouvelés qui m’émerveillent. Je ne m’en lasse pas. Ce sont les premières réjouissances esthétiques dont je me souviens » explique-t-il dans le Journal de mes absences (éditions Anousia, 1992).

Un séjour dans un établissement sanitaire à la campagne lui permet d’élargir son horizon et de découvrir que la nature recèle d’autres trésors. Ses parents le reprennent bientôt, à l’âge de six ans, pour s’installer dans une cité ouvrière à Nanterre. Sa scolarité primaire, semée d’embûches, lui apparaît comme « une longue période de rêveries où, las d’écouter un maître dont les paroles m’étaient à peu près inaudibles, je contemplais sans fin les traces noires laissées sur le sol par le talon de mes souliers ou les griffonnages que d’autres élèves avaient portés avant moi sur le pupitre, prisonniers de l’ennui » (propos de l’auteur sur France Culture, émission Le gai savoir en 2001). Il ignore à cette époque qu’il prépare déjà à sa manière un ouvrage qui sera un jour encensé par la critique : Le griffonnage – Esthétique des gestes machinaux (éditions F. Bourin, 1992).

En situation d’échec scolaire caractérisé, l’élève que les enseignants considèrent comme « gentil mais psychiquement absent » est orienté vers une classe pour handicapés mentaux. Enfin, on le dirige vers la vie active à l’âge de 14 ans. Exerçant toutes sortes de petits métiers (manutentionnaire, agent d’entretien, apprenti coiffeur, garçon d’ascenseur, pompiste, etc.), il « découvre un jour, par hasard, l’existence du philosophe Gaston Bachelard grâce à un reportage télévisé » . Les paroles du penseur sur la rêverie et les sciences le fascinent. C’est le début d’une passion d’autodidacte pour un philosophe qui fût d’abord lui-même autodidacte. Il passe l’essentiel de son temps libre à lire les ouvrages de Bachelard qu’il décrypte avec opiniâtreté et qui le conduiront à découvrir de nombreux autres auteurs. Sept ans plus tard, à l’âge de vingt deux ans, il entre à l’université de Paris X-Nanterre en philosophie. Ses études universitaires le portent à s’investir tout particulièrement dans les domaines de l’esthétique, de l’épistémologie, de l’éthique, de la philosophie politique et de l’histoire du théâtre.

En 1985, il devient chargé de cours à l’Université Paris XII. Il approfondit l’histoire de la culture populaire, puis l’applicabilité des connaissances philosophiques à l’administration territoriale et à la décision politique. La même année, il publie ses premiers textes philosophiques. En 1996, il décide de quitter l’enseignement pour se consacrer entièrement à ses ouvrages de philosophie et d’investigation, les enquêtes journalistiques de terrain lui apparaissant comme « un complément nécessaire pour approcher de près les réalités du pouvoir et de la décision politique quels que soient les régimes » . Ses enquêtes journalistiques prennent toutes pour objet l’opinion publique, le lobbying et la corruption. En 2007, son œuvre compte une trentaine de livres et des dizaines d’articles.

Auteur prolixe, il a développé une réflexion philosophique originale traversant des domaines en apparence éloignés les uns des autres comme la logique de la démarche scientifique, la création artistique, l’histoire de l’opinion publique, la corruption et la prévention sanitaire. Son oeuvre met en exergue les ressources de l’esprit humain et ses capacités de résistance face aux différentes formes d’oppression ou d’acculturation s’exerçant de façon plus ou moins conscientes dans notre société. Ses nombreuses enquêtes et analyses sur le lobbying et la corruption ont par ailleurs contribué à faire connaître l’ampleur et les conséquences de ces pratiques.

En épistémologie et en histoire des sciences, il a approfondi la manière dont les grands chercheurs qui ont marqué la physique et la biologie ont géré leurs interrogations et leurs ignorances (Les ignorances des savants, éditions Maisonneuve et Larose, avec Théodore Ivainer, 1996). Il s’est également attaché à étudier « les relations discrètes ou conflictuelles entre rationalité scientifique et représentations ordinaires » à travers les publications suivantes : Sciences – Le problème de la vulgarisation, éditions Encyclopaedia Universalis, avec Anne Cauquelin, Universalia 1985 ; L’opinion publique – Pratiques et enjeux de la Doxa, éditions Anousia, 1986 ; Opinion populaire et pratiques vulgaires, éditions Anousia, 1987 ; La Doxa, ancêtre de l’opinion publique, éditions Anousia, 1987 ; Démocratie et opinion publique de Platon à nos jours, éditions Anousia, 1988 ; L’opinion entre préjugés et surprises – Essai sur les limites de la reconnaissance en art, Anousia, 1988 ; La vieille folle dans la ville – Doxa et urbanisme, éditions CUF, 1991.

Il a également écrit pour le théatre des oeuvres développant sa théorie d’ »un art populaire caché au sein même de la vie quotidienne, au cœur de nos activités les plus ordinaires ». D’une forme inédite, mariant les genres a priori peu conciliables de l’art dramatique et de la conférence, ses spectacles sont à la fois drôlatiques et savants. Dans Nous sommes tous des musiciens, l’auteur lui-même jouait le rôle d’un chercheur comique présentant ses découvertes dans le domaine des « chantonnements intimes et autoréférents » (montée pour la première fois en 1996 au théâtre de La Piscine à Chatenay-Malabry avec le concours du metteur en scène Pierre Pradinas) et des comédiens François Monnié, Adélaïde Ronchi… Parmi ses diverses contributions théatrales, le spectacle Conférences sur l’art s’efforçait de démontrer qu’un simple poulet au four ou une vulgaire botte de poireaux pouvaient « atteindre au statut de chefs d’oeuvre en vertu de considérations aussi inaltérables que celles du Traité de la peinture de Léonard de Vinci » Cette pièce qu’il a co-écrite avec Pierre Pradinas et Simon Pradinas, a été mise en scène par Pierre Pradinas et jouée au Centre Dramatique Régional de Picardie, à Amiens, par la compagnie du Chapeau Rouge, notamment avec Jean-Pierre Darroussin, Catherine Frot, Thierry Gimenez, Daniel Jegou et Anne Lévy. On le retrouve en 2007, au Centre dramatique national de Limoges, jouant des extraits de son propre journal aux côtés des acteurs Marie Laure Fourdrinier et Jean-François Bourinet, toujours sous la férule du metteur en scène Pierre pradinas.

On lui doit aussi de nombreux ouvrages d’investigation sur les pratiques de lobbying et d’influence s’exerçant dans le domaine de la santé publique et des marchés publics. Après L’affaire de l’amiante (1996), il a multiplié les enquêtes sur le monde médical et pharmaceutique, l’ampleur et les enjeux de la pollution des sols en France, du tabac et des drogues… Dans chacune d’elle, il approfondit les conditions d’indépendance des expertises scientifiques.

Dans l’un de ses derniers livres, L’eau des multinationales, paru aux éditions Fayard en 2006 , co-écrit avec Jean-Luc Touly, président de l’ACME-France, il met au jour les pratiques d’influence qui ont permis de faire de la France le pays où les ressources en eau et la distribution sont les plus privatisées au monde.

Il révèle aussi dans cet ouvrage qu’il a écrit divers autres livres d’investigation sous le pseudonyme de Pierre Simon.

Il se consacre entièrement à ses ouvrages après avoir enseigné la philosophie et l’administration territoriale à l’Université de Paris XII de 1986 à 1996. Son enseignement portait alors « sur les apports possibles de la philosophie appliquée aux décisions locales et nationales ».

Depuis 2001, il dirige la collection Librio-santé aux éditions J’ai lu-Flammarion, et les collections Jeunesse santé et Polar Santé éditées par la Mutualité française.

Membre du Comité de parrainage de l’association Anticor (association de lutte contre la corruption fondée par Séverine Tessier et parrainée notamment par le juge Eric Halphen), il rédige actuellement, selon ses éditeurs, de nouveaux ouvrages sur « les pratiques corruptrices qui se répandent aujourd’hui dans les différents secteurs de notre société et qui neutralisent le développement de la démocratie« .

En 2007, il fonde la collection « Les Doxologues » aux éditions Pascal qu’il inaugure en signant deux ouvrages portant sur la doxa et les représentations populaires concernant Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy au moment de la campagne pour l’élection présidentielle.

La même année, il publie Profession corrupteur, où il dévoile les procédés concrets employés par les corrupteurs professionnels pour cerner et corrompre leurs « proies », essentiellement les décideurs politiques, au niveau local et national. Il y examine aussi avec précision leurs origines et leur vie quotidienne. Il analyse les dérives du métier de lobbyiste vers l’illégalité et les tentations actuelles d’institutionaliser les démarches des lobbyistes auprès des élus sous couvert d’encadrer leur circulation au sein du Palais Bourbon.

Bibliographie choisie

  • Profession corrupteur, éditions Jean-Claude Gawsewitch, 2007.
  • Ségolène vue par les Français, éditions Pascal, 2007.
  • Sarkozy vu par les Français, éditions Pascal, 2007.
  • L’eau des multinationales – Les vérités inavouables, éditions Fayard, avec Jean-Luc Touly, 2006.
  • Silence, on intoxique !, La Découverte, avec André Aschieri, 2006
  • L’industrie du mensonge – Lobbying, communication, publicité et médias, avec John Stauber et Sheldon Rampton, Editions Agone, coll. Contre-feux, 2004
  • L’eau de Vivendi, éditions Patrick Lefrançois, avec Jean-Luc Touly, 2004
  • La France toxique – Santé et environnement, La Découverte, avec André Aschieri, 2000
  • Des lobbies contre la santé, Syros-Mutualité française, avec Bernard Topuz, 1998
  • Les ignorances des savants,(avec Théodore Ivainer), Maisonneuve et Larose, 1996
  • L’affaire de l’amiante, La Découverte, 1996
  • Le griffonnage – Esthétique des gestes machinaux, François Bourin, 1992
  • Opinion populaire et pratiques vulgaires, éditions Anousia, 1987

3 Réponses à “QUI EST ROGER LENGLET ? Mon inspirateur !”

  1. lxkx dit :

    Bjr, je découvre votre blog très intéressant .J’aimerais pouvoir m’adresser à Roger LENGLET cc des infos susceptibles de l’intéresser.Pourriez-vous me donner une adresse mail ? Merci

  2. marie dit :

    Monsieur, c’est par hasard (vraiment?) que je suis « tombée » sur votre blog, en cherchant une information sur Ginka, prostituée bulgare morte à paris (reportage vu cette nuit sur France 3). Je n’ai pas trouvé l’information initialement cherchée, mais quelle force et quelle magie internet! votre démarche m’intéresse car vous n’êtes personne, justement. Enfin, je l’espère,mais compte tenu des personnes, que vous citez, même si vous êtes un peu quelqu’un (soyez en rassuré!), vous êtes surement quelqu’un de bien! Je prendrai le temps de lire ce blog, plus longuement. La plupart des gens cités, j’ai eu la chance de les lire ou de les rencontrer (T. Michalon, par exemple, personnage intellectuel d’exception!, et bien sûr F.X Vershave, Mr Ziegler etc etc). Grâce à vous, je pourrai élargir le champ de mes connaissances, et je vous en suis très reconnaissante. Un grand merci, Marie (Professeure Agrégée).

  3. Roger Lenglet dit :

    C’est trop d’honneur !

    Appelez-moi, qu’on échange un peu plus.

    Roger Lenglet

Laisser un commentaire

 

Kabylie News |
Ensemble, Préservons Rognac... |
Elections 2008 Municipales ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Transferring the UNITED NAT...
| l'Algérie au quotidien
| Yüzyıla Ağıt