• Accueil
  • > LES COLLECTIFS ASSOCIATIFS DES MIGRANTS SUBSAHARIENS DE FRANCE FÂCHÉS AVEC L’INTÉGRATION ?

LES COLLECTIFS ASSOCIATIFS DES MIGRANTS SUBSAHARIENS DE FRANCE FÂCHÉS AVEC L’INTÉGRATION ?

LES COLLECTIFS ASSOCIATIFS DES MIGRANTS SUBSAHARIENS DE FRANCE FÂCHÉS AVEC L’INTÉGRATION ? 

Plongée  au cœur des organisations associatives subsahariennes de l’agglomération lyonnaise

Paris , 23 Janvier 2016

———————

Section 1 . Champs  de l’insertion et  de l’intégration en France : Désertion  des associations des migrants subsahariens   ? 

Isso cv« Cela fait à peu près un an que nous formons les femmes de la diaspora. Avant on ne s’en occupait pas. Parce que d’abord on attendait davoir des aides qui ne sont pas venues du tout. Mais il se trouve qu’il y a beaucoup d’associations qui sont payées par lÉtat qui font ça. Disons que ce n’est pas notre cœur de business. Le nôtre, c’est le Sénégal. Ici, c’est du secondaire » (Collectif ALPADEF)

Ces propos résument à eux seuls l’essentiel des raisonnements exprimés par les responsables associatifs d’origine immigrée rencontrés et interviewés dans la région lyonnaise.

 

  •  « Ce n’est pas l’objet de l’association… »

C’est le principal argument avancé par les associations tournées vers le développement solidaire avec les pays d’origine, mais qui pourtant se positionnent  statutairement sur l’accueil et l’entraide.

 

  • Les migrants envisagent toujours un retour dans le pays d’origine pour y passer leur retraite et vivre leurs derniers jours

Le Président d’un important  collectif d’associations nous expliquait ainsi que : « Les immigrés n’ont pas définitivement déposé leurs valises et entretiennent toujours l’espoir d’un retour dans le pays d’origine pour y vivre paisiblement leur retraite ».

Cela justifie-t-il le peu d’engagement des personnes retraitées d’origine subsaharienne dans les associations rencontrées durant notre enquête ?

C’est aussi l’avis de cet autre responsable associatif (globalement partagé par les répondants) pour  qui  la projection du retour au pays natal explique le non-investissement des immigrés dans les champs officiels de l’insertion et de l’intégration dans leurs bassins de vie :   « Le problème ici c’est que les gens qui sont venus c’est pour être des Africains de passage. Et dans la tête de ceux qui sont là, ils se disent toujours tournés vers l’Afrique pour passer là-bas leur retraite. Les gens ne se voient pas mourir ici. Ils se projettent dans un retour de là où ils viennent. Et par rapport à ça, ils préfèrent économiser leurs sous pour aller mourir là-bas. Dans ce cas- là, même si tu dis à quelqu’un qu’il faut créer une structure de soutien ou d’accompagnement à l’intégration des migrants, il pfère faire ses économies dans l’optique du retour au pays ».

 

  • Méconnaissance des problématiques sociales globales relatives aux migrants dans le département et la région ainsi que les catégories spécifiques des migrants concernés

Cela nous a amené à plusieurs reprises, au cours de notre enquête, à fournir (à la demande de certains enquêtés) quelques renseignements statistiques collectés auprès des institutionnels et d’autres acteurs associatifs, autour des problématiques sociales, spécifiques aux migrants, de l’accès à l’emploi, au logement,  à la culture, aux dispositifs de droit commun…Avec évidemment toute la précaution de rigueur tant les chiffres communiqués peuvent varier d’une structure à l’autre et selon les champs concernés.

 

  • Méconnaissance  des politiques publiques d’intégration nationale et d’insertion et de même que l’ensemble des outils existants permettant de réduire et rattraper les écarts entre les immigrés dans une certaine proportion et ce qu’est une intégration accomplie (cadre de vie décent, scolarité normale, parentalité normale, emploi stable, participation à la vie sociale et citoyenne)

Les ¾ des responsables associatifs interviewés (134)  nous ont confié n’avoir pas connaissance des axes d’actions, des publics prioritaires et aboutissants de la politique d’intégration locale énoncée dans le PRIPI (Plan Régional pour l’Intégration des Populations Immigrées ) et le PDI ( Plan Départemental d’Intégration), et encore moins les quartiers prioritaires de la politique de la ville et leurs réalités socio-démographiques ; arguant qu’ il y a dans la communauté associative africaine un problème réel de circulation et de partage de l’information, du fait du cloisonnement des associations communautaires des migrants et de  l’absence d’une structure représentative forte et rassembleuse en serait une des causes.

Parmi les outils les plus souvent promus permettant l’insertion des publics en difficulté, la formation continue d’adultes et jeunes adultes dans toutes ses variantes occupe une place centrale. Pourtant peu de migrants y recourent, y compris lorsqu’il s’agit de se former aux techniques de gestion administrative ou de management d’une organisation associative. La faute au manque de moyens(135)   et de temps.

En témoignent les propos de cet acteur associatif :  « C’est vrai, quand on voit la vie que nous menons ici, le travail, la famille…les moyens, il faut aller les chercher. Il y a un déficit de notre côté pour identifier tous les dispositifs qui nous permettraient de capter les moyens. Par exemple les fonds pour le développement de la vie associative et autres pour proposer ces formations-là de façon interne, et que ça soit institutionnalisé. En nous mettant ensemble, nous pouvons aussi peser pour négocier auprès des municipalités (Conseil général, région) pour avoir des crédits afin d’organiser ces formations, parce que ce sont des formations qui nous permettent d’être citoyens à part entière dans toute la complexité de notre parcours(…) C’est l’un des grands chantiers de mon point de vue. Il y a déjà quelques pas au niveau du Grand Lyon, notamment avec Africa 50, parce que ça fait 2 ans que nous essayons de négocier un budget global…».

Ainsi, malgré les facteurs socio-économiques et politiques qui poussent à prolonger  son  séjour  dans  le  pays d’accueil ou à s’y installer définitivement tels que : les problèmes liés au monde du travail, la gestion des relations avec les responsables des foyers de travailleurs migrants, l’accroissement du taux de chômage des migrants et la dégradation de leur qualité de vie , pour ceux habitant les espaces dits de précarité(136) où ils constituent la moitié de l’effectif  des  habitants,    les  difficultés  liées  aux  cartes  de  séjour,  la  forte  limitation  des  entrées  de  nouveaux migrants sur le territoire…Malgré tous ces facteurs, les migrants apparaissent ici en peine de se saisir de manière collective des outils existants dans le cadre des orientations des politiques d’intégration ( soutien à la parentalité et à la scolarité des enfants d’immigrés, soutien à la recherche d’emploi pour les femmes et les primo-arrivants , l’aide aux personnes âgées dans les foyers de travailleurs migrants…) et d’insertion pour faire  valoir  leurs  droits sociaux(137) et économiques.  Alors même que le contexte devrait au contraire :  « …Ouvrir une nouvelle étape qui impose des rapprochements avec la société d’accueil, rapprochements rendus nécessaires car l’on ne peut plus se suffire à la seule structuration communautaire pour faire face aux conflits impliquant de nouveaux acteurs : sociétés gestionnaires de foyers, justice, avocats, comité de gestion et de soutien aux associations diverses »(138)  et aux difficultés sociales manifestes.

À propos par exemple des immigrés âgés sans qualification, au chômage dans les années 90, rentrés dans leurs pays d’origine ou installés définitivement en France, Christophe DAUM note que : « Très rares sont ceux de cette génération qui ont réussi à acquérir une qualification professionnelle reconnue dans le monde industriel. La société française ne propose pas à ces catégories de travailleurs d’accéder aux filières de formation professionnelle, elle les exclut ainsi des possibilités de promotion sociale. En retour, il ne semble pas que ce fait ait constitué, à l’époque, une revendication des communautés. On ne constate en effet que rarement des stratégies personnelles affirmées. Plusieurs immigrés qui prenaient sur leur temps de loisir pour se former (alphabétisation en cours du soir, formations diverses…) témoignent en ce sens :’’les autres me disaient que j’étais fou de perdre mon temps ainsi’’ ».

Parmi toutes les raisons évoquées par nos enquêtés expliquant ce peu d’ancrage des associations subsahariennes dans les politiques d’intégration et d’insertion, il y a aussi :

 

  • Une réticence de la part des administrations publiques locales et régionales à travailler  avec  les structures associatives morcelées et n’ayant pas une assise géographique importante au niveau régional ou national. Pour illustrer ce fait, voici ce que nous a rapporté un acteur associatif, membre d’un réseau d’OSIM : « La DAIC(139) lance tous les ans un appel à projets pour l’intégration des migrants en France. Mais ils ne s’intéressent qu’à des associations nationales, c’est-à-dire comme la Croix-Rouge. Or, le déficit de nos associations des migrants, c’est qu’elles ne sont pas nationales. Notre collectif a répondu il y a 3 ans à un appel à projets de la DAIC et c’est ce qui nous a été répondu. Nous voulions prendre en charge la formation des primo-arrivants. Nous pensions que ce sont les migrants qui peuvent mieux comprendre les migrants mais la réponse qui nous a été opposée c’était : « Vous êtes à Lyon , mais pas à Bordeaux, ni à Strasbourg. Et on a besoin d’une association qui recouvre l’étendue du territoire pour faire le même travail partout où il y a des primo-arrivants ».

 

Aussi nous sommes-nous demandé si le Forum des Organisations de solidarité issues des Migrations (FORIM) qui revendique 700 associations et collectifs d‘associations de migrants de France sur son portail internet (dont certains collectifs associatifs subsahariens du Rhône) n’était pas en capacité de porter des projets d’accompagnement à l’intégration des migrants à l’échelle nationale. Mais pour notre interlocuteur, la réponse était sans ambiguïté : « C’est même la faiblesse de ce genre de choses(…) Si vous voulez que le FORIM existe , il faut qu’il ait les pieds enracinés dans les régions(…)Or, même si au FORIM ils ont redéfini leur stratégie en 2010, en acceptant de travailler avec nous parce qu’ils ont vu là-bas à Paris que notre collectif ça marchait et qu’on ne leur faisait pas de l’ombre, eh bien vous voyez qu’ils peinent toujours à créer les COSIM [ Collectif des organisations de solidarité issues des migrations ] dans d’autres régions. Et aujourd’hui, c’est à peine s’ils ne demandent pas au COSIM Rhône-Alpes d’aller créer d’autres COSIM ailleurs(…) Tout ça c’est pour dire que nous les migrants nous sommes quand même porteurs de bonnes idées. Si aujourd’hui le FORIM marche, il le doit en partie à notre collectif(…) Pour autant, la faiblesse est là-dedans. Si on avait été des gens capables de comprendre que nous avons là un outil formidable et puissant, nous irions frapper à la porte de l’Union Européenne pour présenter un projet fort et lever des subventions() On a les personnes [les compétences nécessaires] mais on n’arrive pas à avoir le pouvoir. On ne peut pas que se contenter de la petite subvention que donne le Ministère de l’Intérieur…c’est vraiment lamentable !!! »

Or, dans le statut de ce collectif « national », au-delà de la coordination des actions de solidarité et de développement   des pays d’origine, l’accompagnement à l’intégration est un des domaines dits prioritaires et ce d’autant qu’aux yeux de certains responsables associatifs qui se sont exprimés dans le cadre de cette enquête, les axes d’intervention développés par le PDI du Rhône sont « prenables » par les associations des migrants subsahariens. Toutefois, pour un de nos répondants : « () on ne le pourra que si nous sommes organisés. Nous ne sommes pas organisés. Moi, j’ai l’art d’aller chercher la bonne information. Quand la Mairie de Lyon et les autres nous disent ‘’Si vous voulez parler, organisez-vous’’, eh bien on comprend que c’est lorganisation notre point faible ».

 

  • Selon certaines administrations locales, le secteur de  l’insertion  apparait  déjà  trop  saturé  par  un nombre important de structures d’insertion(140). Par conséquent, certaines organisations associatives se sont recentrées uniquement sur le développement solidaire avec les pays d’Afrique. Un acteur associatif d’origine immigrée à Lyon en témoigne« Moi, je me suis tourné vers l’Afrique. Une copine à moi, une immigrée africaine elle aussi, voulait créer une structure dinsertion comme ça. Et nous avons été voir la DDASS(141) à Lyon et elle nous a répondu qu’elle était déjà submergée par des structures comme ça. Parce que nous on travaillait sur les nouvelles formes d’esclavage en ce qui concerne les femmes et en particulier des femmes africaines. Donc nous avions cette idée là et c’est la DDASS qui nous répondu que même si nous procédions à la création de quelque chose maintenant, ce serait saturé et que nous n’aurions pas les moyens pour durer parce quil y en a trop. À force de créer encore et encore, à la fin, les gens ne veulent plus donner de l’argent pour tout ça . Tant qu’il n y a pas d’offre ou de demande, tu ne peux pas faire vivre une structure».

Or, il nous est apparu qu’il existait une demande forte en ce qui concerne notamment la prise en charge des migrants âgés dans les foyers de travailleurs migrants, mais est-elle connue des associations africaines du Grand Lyon dont une part importante du public âgé est originaire du continent ? En supposant que les retraités veuillent tous retourner dans le pays d’origine pour y passer leur retraite et y vivre leurs derniers jours, il se pose parfois la question de la transférabilité de leurs droits sociaux ( retraite y compris). L’Assemblée des sénégalais de l’Extérieur s’est par exemple penché sur la question en avril dernier en région parisienne et des propositions ont été soumises au gouvernement sénégalais nouvellement élu. Les retraités ou les migrants âgés qui font le choix du retour au pays de départ peuvent être confrontés à ce type de difficultés. Est-ce une préoccupation pour les associations de migrants dans le Grand Lyon ? « Mais chacun endure sa galère pour le moment. Tant que quelque chose ne t’habite pas dans la tête, ça ne pourra pas venir dans les gestes. Dans la tête des gens, je suis né là-bas et j’irai mourir là-bas… », déplorait un des acteurs associatifs rencontrés.

 

  • Serait-il par conséquent exagéré de conclure que l’intégration des migrants subsahariens du Grand Lyon se fait sans les migrants eux-mêmes ?

Pour certains de nos répondants, cela ne fait pas de doute. Une des raisons évoquées étant qu’au sein des associations elles-mêmes : « Il y a une lutte acharnée entre les migrants pour la captation des ressources publiques et le pouvoir » et qui les éloigne des sujets essentiels. Ajoutés à cela un important problème structurel, opérationnel et une difficulté à identifier et mobiliser les compétences, d’où qu’elles procèdent :  migrants,  non-migrants, étrangers ou nationaux, au niveau local ou transnational. Aspects sur lesquels nous reviendrons dans le chapitre consacré aux réseaux diasporiques.

 

Section 2 : Comment inciter les migrants à se saisir plus collectivement des dispositifs institutionnels d’intégration et d’insertion  et  à  se rapprocher des structures  publiques et privées gestionnaires des politiques publiques en lien avec la question des migrants au niveau local ?

 

 2.1.  Corpus de solutions émises par les acteurs eux-mêmes

 

La question s’inscrit dans la ligne de celle du Haut-Conseil à l’Intégration : à savoir investir dans les associations pour réussir l’intégration, y compris les  associations  communautaires. Cela impliquerait la prise en compte des « compétences ethniques »(142)  sur lesquelles nous reviendrons dans le même temps.  Nous nous sommes enquis de ce sujet lors de notre enquête  auprès d’un élu communal pour qui :  « D’abord    il    faudrait    casser    ce    préjugé    bien    français    qui    assimile    associations    communautaires et communautarisme(…) Après il faudrait qu’il y ait une politique de contact systématique avec ces associations ; et ça on ne le fait pas. Et je ne sais pas si ce sera toujours bien pris par elles. Parce l’idée du politique qui veut mettre son nez là-dedans, ce n’est pas forcément ce qui est apprécié…. »

Cela induit-il  qu’il  pourrait y avoir une méfiance systématique de la part de certaines associations de migrants si  les politiques venaient à initier un contact avec elles ? Notre élu communal   est affirmatif : «  Oui, je crois. Puis il y a l’entre-soi qui joue. »

Une chargée de mission et formatrice pour l’ASSFAM (143) interviewée lors de notre enquête déplorait aussi le fait qu’à propos de ces associations : « On ne leur laisse pas de place…il y a une gêne, elles sont taxées de communautaristes …à tort quelques fois».

En ce qui concerne la forme du contact à créer, selon cet adjoint au maire en charge de la démocratie locale et la lutte contre les discriminations, il pourrait prendre la forme d’ :

  • « Un soutien financier aux associations communautaires. Il y a la politique de la ville très générale, il est vrai, qui joue sur les quartiers où il y a beaucoup de migrants.
  •  Ça passe aussi par des soutiens aux femmes , par exemple ce que fait FIJI Rhône-Alpes(144) qui est une association qui fait de l’accompagnement, du soutien, de l’aide personnalisé et de la formation en direction des femmes immigrées, maghrébine ou africaines, en particulier sur tous les problèmes de droit privé souvent compliqué, de droit international privé. Et donc nous on les finance par exemple. Elles interviennent auprès des femmes migrantes et ce n’est pas communautaire ».
  •  À propos de l’interculturalité,certaines communes ont engagé des réflexions sur la question, avant- gardiste sur les questions d’intégration/insertion des populations immigrées, la 2e la plus importante en termes  d’effectif  après  Lyon,  La  Mairie  de  Villeurbanne  par  exemple  a  produit  un  texte  intitulé  «Démocratie et Diversité » et qui :« …Développe un point de vue qui n’est pas le plus courant en France, justement à partir de l’idée de l’existence des communautés, l’intérêt de cette multiculturalité, avec la nécessité de passer par cette interculturalité.. .On a réfléchi au moins là- dessus, oui…On a participé à l’enquête du CRAN145, une grande enquête sur la lutte contre les discriminations, donc on leur a communiqué un rapport assez important sur ce texte et d’autres choses… »
  • De ce point de vue, la Mairie reste disposée à travailler avec les associations communautaires ; qu’elles portent des actions d’intérêt général national ou exclusivement au niveau local. Mais, une fois de plus, l’institutionnel souligne l’intérêt pour ces associations d’une intégration en réseaux, car : «  À l’époque où il y avait le CARA(146), c’est sûr ça facilitait les choses, c’est clair. Moi je regrette qu’il n’y ait pas assez de fédérations…Moi je préférerais qu’il y ait effectivement des regroupements qui permettent de parler un peu collectivement et de mobiliser aussi des associations différentes ».

De là à inciter formellement les associations de migrants africains à se constituer en collectifs pour « faciliter le dialogue », la Mairie de Villeurbanne n’a pas spécifiquement engagé de réflexion en ce sens, s’appuyant sur l’idée que ce n’est pas au politique d’organiser les associations subsahariennes du Grand Lyon, l’initiative devant venir des acteurs eux-mêmes. Le Collectif Africa 50 ambitionne, nous l’avons souligné, de porter cet impératif et d’incarner la vitrine principale de toutes les associations de culture africaine et caribéenne dans le Grand Lyon. Pour autant, d’après des renseignements collectés au cours de notre enquête, le collectif n’est pas suffisamment visible au sein de certaines mairies. C’est ce qu’indique l’élu communal de notre investigation : « Tout ce que je vois c’est des mails que je reçois, mais je ne les connais pas…À ma connaissance il n y a pas eu de demande formelle [émanant du collectif Africa 50] qui nous ait été adressée, sinon je l’aurais su… ».

La situation est différente à l’échelle de la Communauté du Grand  Lyon,  partenaire  institutionnel  et  financier central du Collectif Africa 50 qui fut très impliqué lors de la Célébration du Cinquantenaire des Indépendances africaines pilotée par le collectif. Un de ses coordonnateurs nous confiait ainsi que : « Les associations qui vont au niveau du Grand Lyon de leur propre initiative, on les renvoie vers Africa 50. En ce sens, une partie du travail [de la visibilité institutionnelle et du positionnement en tant référent principal des organisations africaines] est réalisée. Maintenant il y a un travail de communication à faire en sorte que toutes les associations de culture africaine reconnaissent vraiment l’objectif du collectif, adhèrent et puis passent par le créneau qu’on a défini afin d’aller de l’avant ensemble() je pense que dans les trois années à venir, Africa 50 aura plus de portée, plus de voie ».

Difficile d’attester la pertinence de ces propos, nous n’avons en effet pas pu rencontrer toutes les associations ayant engagé une telle démarche, individuellement ou sous la bannière du collectif. Pour le moment, du reste, en matière d’ancrage dans les politiques publiques de la ville et d’intégration nationale, au vu des données recueillies sur le terrain et des observations faites ( rapport d’activités verbaux principalement), seuls le volet culturel ( la valorisation de la mémoire, la promotion de l’interculturalité, la prévention des discriminations le soutien à la parentalité, le soutien scolaire) et les débats autour de la relance des économies africaines et les initiatives entrepreneuriales à promouvoir sur le continent noir( à travers le FEDDA) semblent s’inscrire sur cette ligne. Encore que l’objectif majeur d’Africa 50 c’est principalement d’assurer la promotion de la présence de l’Afrique et la contribution des Africains à la vie de la cité lyonnaise et de ses environs.

L’appropriation par le collectif Africa 50 des dispositifs existants de la politique de la ville en matière d’Insertion, et de la politique d’intégration, permettant un accompagnement global des primo-arrivants, des femmes et des migrants âgés (publics prioritaires du PRIPI/PDI) reste donc pour l’heure marginale. Néanmoins, selon les principaux coordonnateurs qui reconnaissent ce déphasage avec les problématiques sociales et réelles des  immigrés  de manière générale et des subsahariens en particulier, des travaux  de réflexion seraient en cours dans ce sens :

« Ça c’est l’objectif d’Africa 50. Nous sommes en train de travailler là-dessus. C’est vrai qu’aujourd’hui, toutes les structures dinsertion dont vous parliez, on n’a pas encore abordé ces aspects, mais on passera obligatoirement par ça, on en a parlé lors de nos deux dernières réunions. En fait pour nous, l’intégration va passer par la base, et ça va commencer par les femmes et les enfants en particulier ceux qui sont nés ici, qui sont perdus et qui ne connaissent pas bien leur culture. Il y a des activités qui sont en train d’être mises en place pour permettre l’insertion des jeunes puis des femmes ; Aujourd’hui on a ciblé le milieu scolaire. Nous sommes en train de voir l’association des parents d’élèves au niveau de Lyon, dans les écoles. Il y a une activité qui est prévue le 31 octobre pour inciter les parents par exemple à entrer dans tout ce qui est associations. Il y a aussi une activité sur l’éveil des enfants, dès l’âge de 4 ans. Aujourd’hui on le fait à Villeurbanne au sien des associations, et on fait en sorte que ces gens-là puissent faire venir les enfants. L’objectif à terme c’est de la faire dans chaque commune, d’aller vers ces populations. Mais tout ce qui est insertion des personnes âgées dans les foyers de travailleurs migrants par exemple, on n’a pas encore soulevé le problème. Mais effectivement sur ce plan-là, il y a du boulot à faire ».

 

2.2.  Quelques préconisations  pour une implication forte des associations des migrants dans la mise en œuvre du Plan départemental d’Intégration du Rhône

Les pistes que nous indiquons peuvent avoir déjà été explorées par certaines associations et mises en œuvre à moyenne et petite échelle ou pas du tout. L’ambition n’est pas d’être exhaustif ou de réinventer la roue. Elle est plutôt de mettre en exergue l’importance de ce qui existe, les acteurs associatifs et les acteurs institutionnels en présence qui animent les dispositifs d’intégration et d’insertion. Elle est surtout de mettre en lumière ce qui se fait déjà au sein des organisations associatives françaises des non migrants dans les champs qui  pourraient interpeller les migrants du Grand Lyon.

 

Ÿ 2.2.1.  Le ou les collectifs d’associations de migrants pourraient faire de la pédagogie au travers des sessions d’information explicative à destination des associations membres, communautaires ou non, ayant un intérêt pour l’insertion sociale de ses adhérents et désirant porter des projets en ce sens. Pédagogie autour du PRIPI et du PDI local, ses enjeux, ses publics cible, la place dévolue ou à prendre dans ces espaces par les associations africaines organisées en réseaux, de même que les tenants et résultats attendus du Plan local pour l’Insertion et l’Emploi dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville et les actions prévues en matière d’amélioration du cadre de vie des habitants des espaces de précarité dans le Grand Lyon.

Cela suppose :

  • un travail de recueil de données : socio-économiques (taille et composition des familles, logement, emploi, revenus,  santé), démographiques… par tous moyens accessibles pour  une évaluation de l’importance des problématiques sociales, des  ressources  disponibles  (fonds,  compétences, personnel et temps) des collectifs associatifs subsahariens pour un espace à occuper, une partition à jouer   à l’échelle communautaire et transcommunautaire dans  l’agglomération lyonnaise.
  • La mise en place des bureaux d’études et d’expertise conseils par les migrants disposant de capacités techniques et opérationnelles et offrant de formation, d’études techniques et évaluation de projet, analyse des politiques publiques dans les domaines du développement social et économique local, accompagnement à des entrepreneurs migrants et non migrants à l’international, les TIC, les services financiers, l’ingénierie…
  • Un effort accru d’ouverture et de rapprochement avec les associations des migrants pratiquant déjà l’insertion de façon communautaire ainsi que les organisations transculturelles du type Passerelle Ngam ou Africa 50, dans une démarche intégrative (alliances stratégiques). Un cadre opérationnel intégré   qui   permette la mobilisation de toutes les compétences utiles, y compris les compétences «culturelles » , avec des objectifs opérationnels et stratégiques clairs, pour les champs de l’accès à l’emploi, l’accès au logement, aux droits sociaux, aux dispositifs du droit commun, à la protection sociale de tous les migrants en situation régulière, tous âges, sexe et périmètres géographiques confondus.
Ÿ 2.2.2. Développer des partenariats forts et féconds avec les acteurs associatifs non migrants actifs dans ces  champs et reconnus d’utilité publique par les pouvoirs publics. Ces associations sont gestionnaires ou pas des  dispositifs  d’insertion ou d’intégration de l’État. Ces partenariats assureraient  d’abord une plus grande visibilité politique, sociale et professionnelle des collectifs des migrants africains, puis la multiplication d’occasions d’échanges d’expériences et des pratiques ; et enfin une collaboration sur le terrain avec les professionnels de ces secteurs.

Les partenariats stratégiques  peuvent se construire avec :

  • Ÿ  Les régies de quartier pour des zones à forte présence des migrants (Villeurbanne, Lyon Sud-est, Vaulx-en- Velin, Vénissieux, Bron, etc.): Régie de Quartier de Bron (RQB), ou la régie de quartier Micro Initiatives Rilliarde (AMIR) pour l’insertion sociale et professionnelle, par exemple ;
  • Ÿ  Les associations spécialisées dans l’accompagnement des migrants tels l’ASSFAM147 pour la formation civique linguistique et professionnelle des femmes et migrants âgés, ou l’ALPIL148 pour le logement des travailleurs immigrés  dans le Rhône ;
  • Ÿ  Les associations de migrants d’autres communautés souvent très implantées et actives dans le domaine de l’insertion (Marocains, Portugais, Arméniens …) en vue d’initier des débats, pratiquer du lobbying institutionnel sur des questions ayant trait à l’intégration. Cette ouverture pouvant permettre dans le même temps d’accéder aux réseaux économiques et  professionnels, publics et privés, de ces autres organisations.
  • Ÿ  Les associations généralistes et professionnelles impliquées dans la gestion locale  du PLIE et autres dispositifs en faveur du retour à  l’emploi  dans  des  secteurs  spécifiques  (BTP,  secteur  hospitalier, services à la personne, commerces, formation, enseignement ; et l’accès au logement des familles et personnes isolées dans le Rhône, …) ; la formation sociolinguistique et  professionnelle ; et pour des publics migrants  spécifiques  plus souvent exposés au chômage ou au travail précaire : jeunes en rupture avec  le  milieu  scolaire,  jeunes  diplômés,  cadres  au  chômage,  personnes  sans  qualifications, seniors migrants…(149) Nous pensons par exemple à l’association ALLIES qui gère le PLIE pour la partie Sud du Rhône.
  • Ÿ  Les acteurs institutionnels départementaux et régionaux en charge de la mise en œuvre dans le Grand Lyon du Plan Départemental  de l’Intégration pour le Rhône et la Politique de la ville : ACSE, DJRSCS, Préfecture à l’égalité des chances…

Le Répertoire des associations du Rhône est un outil accessible permettant d’identifier les acteurs clés de l’intégration/insertion pour les communes concernées.

Des mesures peuvent être déployées à l’infini et mériteraient une étude approfondie pour une plus grande implication de la communauté africaine dans la vie économique et sociale de l’agglomération lyonnaise. Promouvoir la présence de l’Afrique dans le Grand Lyon doit pouvoir prendre la forme d’une série d’actions en faveur de l’insertion sociale et économique formelle des migrants subsahariens, toutes générations confondues, en vue d’une intégration accomplie. Mais cela suppose de mobiliser des compétences fortes (déjà existantes mais non répertoriées) ; cela apparaît possible par la constitution des réseaux associatifs intégrés et forts. Et c’est à ce jour loin d’être le cas en ce qui concerne la communauté africaine du Grand Lyon, au vu des avis et analyses recueillies auprès des responsables associatifs.

Issopha

Paris, 23 janvier 2016

© Issopha 2016 – Tous droits réservés 

Notes de bas de pages

 132 La  communauté burkinabé de Lyon  bénéficie d’un  crédit  et  d’un  traitement  différent. Appréciée pour  son  dynamisme  socio-économique et l’efficacité de son organisation. Le parallèle peut être fait de même avec l’association SOPE des Sénégalais. Pour autant, selon certains acteurs associatifs eux-mêmes, le phénomène de la non-ouverture et donc la non-interaction entre les associations subsahariennes concerne autant les Sénégalais que les autres. Les Burkinabés se défendant de ce cloisonnement en faisant valoir que l’association est ouverte tant aux burkinabé d’origine que les amis du Burkina Faso. Est-ce là que réside la recette du succès de l’Association des Burkinabé de Lyon qui jouit du même crédit auprès des migrants d’autres communautés ?

133 Notons que l’un des leaders de cette association, au moment de notre enquête est actuellement élu communal adjoint au Maire de  Villeurbanne, en charge de l’Éducation.

134 À  la  rare  exception  de  ceux  pratiquant  l’insertion  de  manière  formelle  et  de  quelques  autres  intervenants  sur  l’éducation  à l’interculturalité, à la transculturalité et au développement tels les associations Passerelle NGAM, ALPADEF, A2P, MIFERVAL, etc.

135 Le droit d’entrée à une formation dans les centres de la vie associative, comme à Villeurbanne, est souvent payant. Les fonds des associations de migrants étant souvent modestes, le recours dans ces conditions à une formation visant le développement des compétences individuelles ou collectives devient par conséquent problématique.

136 Dont certains quartiers   prioritaires de la Ville   de Villeurbanne, Vaulx-en-Velin, Bron, Vénissieux, Saint-Priest, Caluire-et-cuire ou encore les arrondissements du Sud-est de la ville de Lyon. Voir le rapport 2010 de l’ Insee sur les zones de précarités du Grand Lyon, déjà cité.

137 Institut Panos Paris, « Quand les immigrés du sahel construisent leur pays », synthèse de l’étude « Migrations et développement»  réalisée par Christophe DAUM, L’ Harmattan, 1993. : A propos des immigrés étant retournés dans leurs pays pour y faire valoir leurs expériences acquises durant la parcours migratoire, l’auteur de l’étude note : « le très faible nombre qui ont fait valoir les droits acquis pour la retraite, bien qu’ayant naturellement cotisé pendant leur temps salarié en France. On ne dénombre que de très rares retraités qui touchent effectivement une pension dans leur village ».

138 Institut Panos Paris, op.cit.

139 LA DAIC c’est La direction de l’accueil, de l’intégration et de la citoyenneté , chargée de « l’ensemble des questions concernant l’accueil et l’intégration des populations immigrées s’installant de manière régulière et permanente en France. Dans ce cadre elle assure l’élaboration, l’impulsion, la mise en œuvre ainsi que le suivi de mesures liées à l’intégration de ces personnes. Ainsi, elle veille à la prévention des discriminations liées à l’origine et à l’égalité des chances, et ce par des actions telles que l’apprentissage de la langue française comme facteur premier de l’intégration, l’accès à l’activité professionnelle et la lutte contre les discriminations, l’égal accès des populations d’origine immigrée aux services publics et aux droits sociaux ou le suivi de l’ensemble des conditions de logement des populations immigrées et notamment celles concernant les foyers de travailleurs migrants ». Portail internet du Ministère français de l’intérieur.

 140 Nous en avons identifié près d’une centaine œuvrant à Lyon et les alentours. Voir l’annuaire des associations du Rhône.

141 Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales du Rhône

 142 On peut y voir les compétences qui sont développées en interne par les communautés associatives qui les mettent au service des actions qui impliquent l’interculturalité.

143  Association Service Social Familial Migrants, Délégation du Rhône.

144  Vu sur le Portail internet de l’association : « Femmes Informations Juridiques Internationales est une association à vocation régionale qui défend les droits personnels et familiaux ayant une dimension internationale (mariages mixtes, déplacements illicites d’enfants, divorces prononcés à l’étranger). La structure née en 2002 d’un partenariat institutionnel et associatif (la Délégation régionale des droits aux femmes et à l’égalité-DRDFE, l’Agence pour la cohésion sociale et l’égalité des chances-ACSé, le Secrétariat général aux affaires régionales-SGAR, Femmes contre les intégrismes-FCI, Le Centre d’Information des Droits des Femmes et des Familles du Rhône-CIDFF), lutte contre les discriminations et vise à faire respecter l’égalité entre les hommes et les femmes. Elle offre des informations et des conseils juridiques relatifs au droit international de la famille au public comme aux professionnels. À ce titre des juristes assurent des permanences téléphoniques et accueillent le public sur rendez-vous. Par ailleurs, l’association offre des formations pour les professionnels et les sessions de sensibilisation pour le public». FIJI Rhône-Alpes. http://www.fiji-ra.com/

145  Conseil Représentatif des Associations Noires de France

 146 Collectif des associations des migrants africains dissous suite à de multiples dissensions internes. Des versions convergentes nous ont été rapportées lors de notre enquête par des responsables d’associations anciennement membres de cette fédération.

 147 L’ASSFAM offre un catalogue de formations à destination du public migrant : ateliers sociolinguistiques (apprentissage du français), accompagnement des migrants âgés vers l’accès aux droits, formation des professionnels, intégration professionnelle des femmes migrantes, des ateliers prévention santé et des séances d’échanges autour de la parentalité. Lieux : Vénissieux, Lyon 1er et 7e arrondissements.

148  ALPIL : Action pour l’insertion sociale par le logement a pour vocation d’ « Améliorer le logement des travailleurs immigrés et des catégories défavorisées de la population. Promouvoir leur intégration. »

 149 Par exemple l’Association lyonnaise pour l’Insertion Économique et Sociale(ALLIES) qui porte bien son nom et travaille à l’insertion par l’économique des publics en difficulté. Elle est gestionnaire du Plan Local pour L’Emploi et l’Insertion (PLIE) de la ville de Lyon.

Laisser un commentaire

 

Kabylie News |
Ensemble, Préservons Rognac... |
Elections 2008 Municipales ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Transferring the UNITED NAT...
| l'Algérie au quotidien
| Yüzyıla Ağıt