LA VALSE DES PDG A COMMENCE

Posté par issopha le 30 septembre 2007

Amitié

  

LA VALSE DES PDG A COMMENCE

mercredi 12 septembre 2007 par Matthieu Adenil

Sarko et les patron : « je t’aime, moi non plus »

Tout le monde l’a remarqué : le président de la République s’est rendu à l’Université d’été du Medef. Et c’est une première. Certes, Nicolas Sarkozy a tenu à préciser que jusqu’à présent, il n’avait jamais été invité au congrés de la CGT, mais on le voit mal s’y rendre, et surtout embrasser le secrétaire général de ce syndicat comme il l’a fait de la présidente du Medef. Mais après tout, Sarkozy se flatte d’être l’ami des patrons, symbole de la France qui gagne face à celle des porteurs de pancartes… Il faut dire aussi qu’il n’hésite pas à se mêler de la carrière des patrons. Alors que quand il intervient dans la gestion du personnel du PS, c’est plutôt en braconnier, pour le monde des affaires, c’est en chef de bande. Il va au-delà des prérogatives naturelles du pouvoir politique qui portent normallement sur le secteur public. Nul n’ignore plus que le jeune Lagardère se sent menacé dans son empire au point d’en rajouter dans la flagornerie. Comme un vulgaire cadre stalinien angoissé d’une purge prochaine, il a cru bon pour se maintenir d’imposer à ses collaborateurs de retoucher des photos de façon à donner au locataire de l’Élysée une nouvelle sveltesse médiatique… L’interrogation du moment concerne le rôle d’Alain Minc. Gourou auto-proclamé de la politique industrielle du quinquennat, il n’a pourtant pas obtenu que la fusion Suez/Gaz de France se termine par le départ de Gérard Mestrallet qu’il déteste. Celui qui va faire les frais de l’opération est Jean-François Cirelli, le PDG de Gaz de France.

Il va céder sa place à Stéphane Richard, le directeur de cabinet de Christine Lagarde. Dans les couloirs de Bercy, on se demande aujourd’hui si Christine Lagarde annoncera elle-même le nom de son nouveau directeur de cabinet. Qu’elle ne le choisisse pas relève de l’évidence, la seule question est : Guéant lui en parlera-t-il ? Quant aux patrons, ils attendent une autre décision : qui va prendre la tête d’Edf ? Pierre Gadonneix, l’actuel PDG, a beaucoup à se faire pardonner. Quand il était à la tête de Gaz de France, il n’avait pas remarqué tous les talents d’une de ses collaboratrices nommée Catherine Guaino : quel incompétent ! Le mari de Catherine, Henri bien sûr, va se charger d’envoyer l’impertinent vers une retraite bien méritée, d’autant plus qu’il s’y verrait bien, lui, à la tête d’Edf. Toujours est-il que Guaino n’a guère eu de mal à persuader Sarkozy qu’il fallait éviter de confier des entreprises à des énarques. Aux yeux du Président, le bilan de l’énarchie entrepreneuriale est calamiteux et il invite tous les reponsables d’entreprise qu’il rencontre à choisir leurs collaborateurs plutôt dans leurs couloirs que dans ceux de Bercy. Derniers en date de ses sarcasmes : ceux sur la façon dont la BNP risque de se faire racheter par la Société générale après ses déconvenues de l’été.

Voir en ligne : in Bakchich #45

Laisser un commentaire

 

Kabylie News |
Ensemble, Préservons Rognac... |
Elections 2008 Municipales ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Transferring the UNITED NAT...
| l'Algérie au quotidien
| Yüzyıla Ağıt